Actualité : L’Aquaponie s’invite au 20h de France 2

IMG_6161

Actualité : L’Aquaponie s’invite au 20h de France 2

En Février 2015, l’aquaponie s’invitait à une heure de grande écoute sur le plateau du 20h de France 2.

Ce reportage vous fait découvrir ce mode de culture qui se développe de plus en plus en France.

Pour ses défenseurs, la technique est même révolutionnaire. Méconnue du grand public, elle consiste à marier les poissons, l’eau et les plantes. « C’est l’eau des poissons qui nourrit les plantes », détaille l’horticulteur Bernard D’arfeuille, l’un des pionniers en la matière, face à la caméra de France 2.

Une technique qui permet d’économiser l’eau

Plus précisément, l’eau des poissons passe dans un bac où elle se purifie sous l’action de bactéries. L’ammoniac des déjections des poissons se transforme en nitrate, dont vont se nourrir les plantes. Puis l’eau ainsi purifiée retourne dans le bassin des poissons pour l’oxygéner.
L’objectif ? Économiser l’eau et se passer complètement des engrais. Ce circuit permet d’économiser 85% d’eau, idéal pour la ville.

Retrouvez certains de nos articles sur l’aquaponie ainsi que le suivi de notre expérience menée à Saint-Florent-sur-Cher :

Une technique qui permet les cultures d’hiver

Que faire pousser l’hiver ? La question se pose surement à de nombreux jardiniers. L’aquaponie ouvre également le champs des possibles pour cette période dite de dormance. Mais pourquoi dormir ? Les poissons sont toujours actifs, ils mangent, ils continuent à produire des excréments transformés en nitrate. Il faut donc maintenir les équilibres entre les biomasses animales et végétales.

L’aquaponie faite en serre à l’extérieur, sans besoin de chauffer la serre, permet ces quelques cultures : Aromatiques (basilic, cerfeuil, ciboulette, estragon, fenouil officinal, hysope, livèche, mélisse, menthe, persil, romarin, sarriette, sauge, thym), arroche, cardon, céleri à côtes, chicorée, chou (de Bruxelles, de Chine, pommé, frisé, non pommé), claytone de Cuba, cresson, endive (de la plantation pour le forçage à la récolte), épinard, fenouil doux, ficoïde glaciale, laitue, mâche, moutarde de Chine, oseille, pissenlit, poirée, pourpier, rhubarbe, roquette, tétragone cornue…

Comme vous voyez la liste est assez intéressante (à l’exception des légumes racines qui sont plus difficiles à réussir). J’ai donc, après à rapide nettoyage des bacs qui m’a permis de vérifier l’ensemble du système, installé certains de ces légumes sans oublier quelques fleurs.

Voici l’inventaire de ce que vous pouvez découvrir dans cette vidéo :
– une bonne cinquantaine de poissons : carpeau, carassin, chevesnes, perches, poissons-chats, gardons, ablettes, goujons, brèmes, tanche (poissons locaux uniquement)
– Poireaux (pour les faire grainer)
– Avocatier
– Plant de moutarde (ou colza !)
– Choux Coeur de Boeuf
– Semis de mâche (non visibles)
– Géraniums (en repiquage),
– Orchidées,
– Persil plat
– Laitues
– Menthe (en repiquage)
– Oeillets d’Inde,
– Ciboulette,
– Persil frisé
– Piment Miracialo,
– Prêle,
– Poivron,
– Croton,
– Batavia,
– Fraisiers (11 variétés)
– Cardes,
– Basilic.


Retour en Haut

Étiqueté , , , ,

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la vente de graines est temporairement suspendue. Seules les prestations de conseils peuvent être commandées. Merci de votre compréhension. Rejeter